Les {Hormones} peuvent vous gâcher vos nuits!

L’insomnie touche presque toute la population dont environ deux fois plus des femmes que des hommes. La différence entre les femmes et les hommes souffrant d’insomnie s’amplifie avec l’âge vers 65 ans, les femmes ont 75 % de risques en plus que les hommes de mal dormir à cause  des hormones. Ces derniers sont des substances chimiques d’une importance vitale pour l’organisme, évoque la féminité mais aussi la mauvaise humeur, l’insomnie, l’irrationalité…

Et le moindre déséquilibre oestrogène/progestérone peut avoir des conséquences désastreuses sur le sommeil, plusieurs facteurs doivent que les femmes connaître pour mieux interpréter leur état hormono-sensible.

Le cortisol ou l’hormone du stress, est l’ennemi du sommeil. D’habitude, dans la soirée le taux de cortisol se met à baisser dans le cerveau et cela contribue à la détente et donc à l’endormissement.  le stress augmente la production de cortisol qui réduit le sommeil, mais le manque de sommeil est aussi un facteur de stress qui augmente le cortisol ! C’est bouclé sans fin. La personne qui déjà pris des corticoïdes sait que même a faible dose peut gravement perturber la phase d’endormissement.

La mélatonine est une hormone qui contribue au sommeil et règle notre horloge interne ,son taux diminue quand on vieillit ce qui explique pourquoi les personnes âgées sont plus insomniaques et dorment moins que les autres.

La progestérone:  Au  début de la grossesse le taux de progestérone augmente très vite qui a un effet sédatif et les femmes enceintes à cette période allaient s’endormir en plein repas .en revanche après l’accouchement, plus de 50% des femmes souffrent d’insomnie même quand leur bébé dort plusieurs heures d’affilées la nuit. Car leurs taux de progestérone qui est resté élevé pendant toute la grossesse, a chuté brutalement. En revanche la progestérone augmente l’appétit et peut faire grossir, ainsi que le manque de progestérone n’a pas toujours les mêmes effets sur toutes les femmes.

L’œstrogène : Beaucoup de femmes ont du mal à dormir à cause de cette prédominance oestrogénique surtout  après une naissance,  les ovaires ne se remettent pas à fonctionner tout de suite, même ne produisent pas d’œstrogènes pendant ce temps-là, il y en a peu provenant des glandes surrénales et des lipides, grâce à la transformation de la testostérone par l’enzyme aromatase.

La préménopause est une phase de transition qui peut être difficile avec des crises d’insomnie  chez 50% des femmes. Une fois de plus, on a des estrogènes  mais pas de progestérone parce que l’ovulation est sporadique et que le corps jaune ne fonctionne pas très bien. Les estrogènes agissent alors sur le cerveau sans le contrôle ni l’effet calmant de la progestérone.

La température: certains femmes ont des terribles crises d’insomnie dans la seconde moitié du cycle menstruel, juste avant leurs règles, quand la progestérone est prédominante dans le corps à  cause de la température corporelle qui augmente et cette chaleur empêche de dormir.

Pour  soigner l’insomnie vous pouvez pensez à prendre:

 un apport de progestérone sous la forme d’une préparation magistrale (sous prescription médicale )qui peut vous aider à mieux dormir, réduit les bouffées de chaleur et bénéficié  de ses effets sédatifs. Beaucoup de médecins prescrivent de la progestérone pour traiter l’insomnie quand elle est due aux variations hormonales ,c’est une méthode qui obtiennent des résultats assez positifs.

Les antihistaminiques de première génération peuvent avoir un effet sédatif qui reste dans le corps environ 9h, ce qui permet de se sentir relativement alerte le lendemain. Mieux vaut utiliser le jour ou leurs effets ne risque pas de vous gâcher la journée du lendemain.

Les antidépresseurs à faible dose et sous prescription médicale.

Les suppléments de mélatonine sont en vente uniquement sur ordonnance ,leur efficacité à été prouvée sur des personnes souffrant de décalage horaire ou celles de plus de 55 ans. Une dose de mélatonine une heure avant se coucher améliore le sommeil et donc la qualité de vie.

Avoir une bonne hygiène du sommeil consiste à se débarrasser des mauvaises habitudes et à réhabituer le cerveau à savoir quand il est l’heure de dormir où pas. Quelques conseils pour mieux dormir à suivre :

■ Baissez la lumière le soir : Le but est de déclencher la production de la mélatonine car une lumière très forte fait croire, à tort, à la glande pinéale (l’epiphyse) qu’il n’est pas encore l’heure de dormir et de lancer la production de mélatonine.

■ Baissez la température : vêtements, matelas , prendre une douche tiède,…

■ Arrêtez de fumer : une récente étude menée en Allemagne a montré que les fumeurs dorment moins longtemps, mettent plus longtemps à s’endormir, ont plus de phases de sommeil paradoxal qui se caractérise par des mouvements oculaires rapides, plus d’apnée du sommeil et bougent plus les jambes en dormant que les non-fumeurs.

■ Minimisez la consommation d’alcool : l’excès d’alcool détruit le sommeil.

■ Appliquée la règle de 15 min: donnez vous 15 mi pour vous endormir si après ce délai les pensez  continuent à courir dans votre tête ,levez vous et sortez de votre chambre un instant 10 min à 20 mi puis recouche vous comme si c’était la première fois.

■ Essayez de vous coucher a la même heure tous les soirs.

SHARE